Projet Accompagnement Solidarité Colombie

Surveillance au siège du Congrès des Peuples à Bogota -

31 Décembre 2020

SIGNER EN LIGNE UNE LETTRE AUX AUTORITEES

Contexte :

En tant que mouvement social et politique en Colombie, nous avons été confrontés à une forte vague de répression incluant des accusations graves et des montages judiciaires de la part du gouvernement national qui cherche à délégitimer le droit de défendre la vie et les territoires. Ces actions font partie des pratiques sociales génocidaires et mettent en danger la vie et l'intégrité des leaders sociaux, tout en affectant les communautés qu'ils représentent et le travail politique qu'ils effectuent.

Le siège du Congrès du Peuple à Bogota est un espace de rencontre qui cherche à renforcer le travail des processus sociaux vers une vie digne ; un siège qui a été l'objet d'un contrôle, d'une surveillance  constante de la part de personnes sans identification spécifique, faits présentés avec une plus grande intensité après le démantèlement des faux positifs judiciaires à la direction sociale.

Les faits :

Le 29 décembre à midi, deux amis et une collègue arrivent au siège de la CdP pour récupérer les factures de services publics et arroser les plantes à l'intérieur du siège social.

Au coin des rues 28 et 39, c'est-à-dire un demi-bloc avant d'arriver, ils remarquent la présence d'un véhicule gris avec une plaque OBT garée et possiblement surprise lors d'un exercice de surveillance.

Vers 12h15, une femme d'environ 33-37 ans arrive, vêtue d'un jean, d'une veste lilas, de chaussures de couleur claire et de cheveux noirs, qui parlait apparemment sur son téléphone portable sur le trottoir devant lesiège socia. Elle observait les mouvements de ceux qui se trouvaient au siège social, prenant des photos et enregistrant chaque action entreprise à l'intérieur de la maison.

Nos caméras de sécurité enregistrent qu'une fois que nos camarades ont quitté le siège, la femme quitte les lieux.

En regardant les vidéos de surveillance, vous pouvez clairement voir la femme qui fait l'enregistrement photographique et qui rapporte chaque situation dans la maison ; tout comme les personnes qui quittent la maison, vous pouvez voir comment elle passe un appel téléphonique et part quelques minutes plus tard.

Exigences :

  • Nous exigeons que le gouvernement national mette fin aux actions de stigmatisation, de harcèlement, d'intimidation et de surveillance du siège du Congrès du Peuple et de nos compañeros et compañeras.
  • A la Commission des droits humains de la Présidence et à d'autres organes de contrôle d'enquêter sur l'origine de ces actions et sur les responsables.
  • Que la vie et la sécurité des personnes qui font partie du Congrès des Peuples soient protégées sur l'ensemble du territoire national

 

Avec copie :

IVÁN DUQUE MÁRQUEZ

Président de la République

Calle 7 No. 6 -54, Bogotá, D.C

MARTA LUCÍA RAMÍREZ DE RINCÓN

Vice-président de la République

Calle 7 No. 6 -54, Bogotá, D.C.

CARLOS HOLMES TRUJILLO

Ministre de la défense

Avenue El Dorado avec Carrera 52 CAN, Bogotá, D.C.

ALICIA ARANGO OLMOS

Secrétaire d'État à l'intérieur

Calle 12B No. 8-38 - Bogotá, D.C.

FRANCISCO ROBERTO BARBOSA DELGADO

Procureur général

Diagonal 22B No. 52-01, Bogotá, D.C

NANCY PATRICIA GUTIÉRREZ CASTAÑEDA

Conseiller présidentiel pour les droits de l'homme et les affaires internationales

6-54, 7e rue, Bogotá, D.C.

RICARDO ARIAS MACIAS

Directeur du programme des droits de l'homme du ministère de l'intérieur

Calle 12B No. 8-38, Bogotá, D.C.

CARLOS ERNESTO CAMARGO

Defensor del Pueblo

Carrera 9 n° 16 - 21, bâtiment de la Chambre de commerce, Bogotá, D.C.

MARGARITA CABELLO

Procureur général

Carrera 5 No.15 - 80F, Bogotá, D.C.

Commission nationale des droits humains

Auteur: 
Congrès des Peuples

Optionnel
CAPTCHA
This question is for testing whether or not you are a human visitor and to prevent automated spam submissions.