Projet Accompagnement Solidarité Colombie

Le combat continue pour la protection du páramo de Sumapaz

4 December 2016

Le PASC dénonçait récemment les menaces d’exploitation du Sumapaz par Alange Energy1, une filiale de la pétrolière canadienne Pacific Rubiales (maintenant appelé Pacific Exploration & Production ou Pacific E&P)2. Grâce aux représentations des groupes locaux qui se sont mobilisés contre l’exploration pétrolière sur leur territoire, les autorités colombiennes ont refusé d’émettre le permis environnemental nécessaire à celle-ci pour continuer ses activités d’exploration dans la région. La compagnie a néanmoins la possibilité de réappliquer pour ce permis en  ajustant sa demande et en intégrant les commentaires du gouvernement au sein de ses études. Il est donc important de rester alerte à la suite des choses.

Bien que le projet COR-33 d’Alange Energy soit suspendu pour l’instant, il n’est pas question de relâcher notre vigilance. En effet, l’écosystème du Sumapaz, considéré comme l’une des réserves d’eau douce la plus importante au monde, est menacé par deux autres projets pétroliers, COR-04 et COR-11, qui sont la propriété - eux-aussi - d’une pétrolière canadienne : Canacol Energy Ltd.

Canacol, créée en 2008, a son siège social dans la ville de Calgary, Alberta. Son fondateur, président et CEO, Charle Gamba, a travaillé pour Occidental Oil & Gas Company, Alberta Energy Company, Canadian Occidental et Imperial Oil, avant de monter son propre empire. Si Canacol Energy Ltd. possède certains intérêts en Équateur, ses activités sont principalement en Colombie. 80% de ses actifs concernent l’exploitation de gaz naturel. Le reste est consacré à l’exploration et l’exploitation pétrolière. Elle fait affaire avec des partenaires de renommée mondiale, tel Ecopetrol, ConocoPhillips, et Shell3.

Au sein du conseil d’administration de Canacol, se trouve Anthony Zaidi en tant que vice-président du développement économique et conseiller général. M. Zaidi a auparavant occupé des postes importants au sein de Pacific E&P et de Petromagdalena Energy (maintenant Alange Energy). Par ailleurs Canacol connaît bien les pratiques de Pacific E&P puisqu’elle est partenaire de celle-ci dans un contrat d’exploration et d’exploitation pétrolière à Portofino (40% Canacol et 60% Pacific E&P). C’est peut-être pour cette raison que la USO (Unión Sindical Obrera) confondit Canacol pour une filiale de Pacific E&P dans un article fulminant à l’égard de cette première.

Bien que Canacol ne soit pas - et semble n’avoir jamais été4  - une filiale de Pacific E&P, les dénonciations de la USO restent tout aussi pertinentes et inquiétantes. Le syndicat des ouvriers de l’industrie pétrolière confronte Canacol sur son opposition à la création d’un syndicat dans la ville de Sahagun, située dans la région du Crucero. La population s’est mobilisée pour revendiquer une plus grande responsabilité sociale de la part de la pétrolière. De plus, plusieurs ont critiqué sa politique salariale, qui ne permet pas d’offrir un salaire décent à ses employés5.

Ce conflit entre Canacol et les communautés affectées par ses projets a de quoi inquiéter pour le futur. Canacol s’est montrée fermée à tout dialogue avec les acteurs locaux pour résoudre le conflit et a refusé de participer à la table de négociation mise en place par la mairie locale et le ministère des affaires internes colombien. C’est plutôt la brutalité policière qui attendit les populations mobilisées. Ce type de fermeture et de refus de toute responsabilité sociale de la part de Canacol s’assimile à l’attitude corporative adoptée par Pacific E&P dans ses nombreux conflits avec la USO.

De plus, Canacol est particulièrement critiquée pour ses pratiques environnementales. Avec la pétrolière américaine ConocoPhilips Colombia Ventures Ltd, Canacol  serait une des premières entreprises à utiliser le « fracking » pour exploiter des puits de pétrole de type « non conventionnel »6. Cette méthode fut notamment interdite en Allemagne, en France et dans d’autres pays pour ses conséquences dramatiques sur l’environnement. De façon schématique, le « fracking » consiste à injecter dans le sous-sol un mélange d’eau, de sable et de produits chimiques à haute pression afin de fracturer la terre et les pierres contenant les hydrocarbures. Cette pratique a été condamnée pour plusieurs raisons, notamment ses impacts sur la santé humaine, car les hydrocarbures s’échappent de la pierre en forme de gaz. Les impacts les plus visibles sont néanmoins environnementaux. L’utilisation du « fracking » augmente les risques de tremblement de terre en altérant les plaques tectoniques, contaminent l’atmosphère et polluant avec des éléments radioactifs les sources d’eau7.

Dans le contexte du páramo de Sumapaz, cette pollution du réseau hydraulique souterrain est particulièrement inquiétante. Le réseau hydraulique sous-terrain de cette région n’est pas cartographié, et il est pratiquement impossible d’assurer que les produits chimiques ne contaminent pas cette source d’eau qui abreuve des milliers de personnes dans les départements de Cundinamarca, Huila, Meta et Tolima, et le district de Bogotá. Une contamination de l’eau aurait également des impacts sur l’activité agricole très importante de la région du Sumapaz, principale source d’alimentation de la capitale du pays. Rappelons que les páramos sont reconnus pour leur rôle important d'absorption et de libération de l'eau. Ils représentent 75 % des réserves d'eau de la Colombie, et abritent une faune et une flore variées dont une grande partie vit exclusivement dans les écosystèmes de páramos.

Si la bataille a été remportée contre Alange Energy, la guerre n’est pas gagnée pour protéger  la région du Sumapaz. Nous restons donc attentifs-ves à tout développement concernant le COR-33, le COR-04 et le COR-11 et solidaires aux luttes visant à protéger le territoire.
 

Notes
1. http://www.pasc.ca/fr/article/le-paramo-de-sumapaz-est-menace-dexploitation; http://www.pasc.ca/es/node/5006
2. http://www.pacific.energy/
3. http://www.canacolenergy.com/s/home.asp
4. http://www.dinero.com/empresas/articulo/pacific-rubiales-no-esta-interesada-comprar-canacol-energy/186984
5. http://www.usofrenteobrero.org/index.php/subdirectivas/cartagena/4171-canacol-energy-enemigo-de-las-comunidades-y-trabajadoreshttp://elmeridiano.co/acompanan/20082  http://www.pacocol.org/index.php/noticias/nacional/15513-multinacionales...
6. http://www.oilchannel.tv/noticias/no-convencionales-un-contrato-con-petroleras-que-podria-causar-controversia
7. http://sostenibilidad.semana.com/medio-ambiente/articulo/fracking-llego-colombia/31672

Author: 
PASC

Source: 

Theme: